• Immobilier
  • Entreprise
  • Economie et Finance

Le télétravail, les taux 0 et l’immobilier de bureau.

Avatar de l'auteur
Rédigé par Nicolas Pitois

La période de confinement qui a vu se développer le télétravail a accéléré les réflexions des entreprises et de leurs salariés sur le bureau et in fine la ville et la région de demain.

Une étude du Boston Consulting Group qui a interrogé 458 DRH révèle que 85% d’entre eux pensent que le développement du télétravail est souhaitable mais aussi que cette évolution ne va pas de soi.

Cette période et ces nouvelles pratiques ont eu le mérite de faire émerger d’excellents débats sur la séparation de la vie professionnelle et familiale, la cohésion des équipes, le management à distance, l’aménagement du lieu de travail, les grandes différences entre les métiers qui peuvent télétravailler et les autres, la productivité réelle à distance, la gestion du sommeil, le stress….

Les entreprises de coworking se sont installées dans ce débat en alternative flexible à un bureau classique et les start-up se disent séduites par les bureaux partagés.

Les taux d’intérêt à 0% avant le confinement ont promu l’immobilier de bureau de façon « évidente »  grâce à un rendement moyen autour de 4% par an pendant que la rémunération des placements traditionnels (exemple : livrets, fonds en € des contrats d’assurance-vie, etc.) baissait inexorablement. L’évidence va donc devoir se transformer en exigence.

Nos 5 préconisations sur l’immobilier de bureau dans ce contexte plus exigeant :

  • Ne pas investir dans des bureaux obsolètes et qui ne sont plus aux normes modernes (notamment environnementales) et qui vont nécessiter de lourds travaux.
  • Fin de l’open space « poulailler ».
  • Vos investissements en immobilier de bureau doivent être sélectionnés avec soin en examinant les biens qui composent le portefeuille.
  • Certaines régions et pays doivent être privilégiés, notamment l’Allemagne.
  • Les immeubles à taille humaine peuvent être une alternative intéressante.